Vous êtes ici > Accueil > Le Journal du Parlement > Historique

HISTORIQUE

De la Gazette de France au Journal du Parlement…

Lorsque Théophraste Renaudot crée en 1631 La Gazette de France, premier journal à voir le jour dans notre pays, Louis XIII et Richelieu sont les premiers signataires à figurer en ses colonnes. Bien des siècles plus tard, Le Journal du Parlement, resté fidèle à cet esprit de faire commenter les grandes idées de son temps par les propres acteurs du monde politique est, selon la tradition, comme l’indique la Présidente des « Amis de Théophraste Renaudot » le « descendant en ligne directe » de La Gazette de France et a connu divers noms au fil du temps.

On notera d’abord l’existence de très rares exemplaires historiques, publiés à Paris en 1649, ainsi rédigés : « Journal contenant ce qui s’est fait et passé en la Cour de Parlement de Paris, toutes les chambres assemblées & autres lieux : sur le sujet des affaires du temps présent des années 1648 et 1649. Procès verbaux des deux conférences : la première tenue à Rueil, le dernier jour de février & autres jours suivants, entre les députez du Roy et les députez du Parlement & des autres compagnies souveraines. La seconde tenue à S. Germain en Laye le 16ème  jour de mars & autres suivants, 1649 entre les députez du Roy et ceux du Parlement & des compagnies souveraines de la ville de Rouen ; à Paris, par les imprimeurs ordinaires du Roy, 1649. In-4 de 96pp.»

Ces recueils, reliés en un volume in quarto et en vélin souple, forment l’édition originale de la première publication du Journal du Parlement qui couvre les années 1646 puis 1648-1649. « Le Journal du Parlement donne une histoire du Parlement de Paris depuis le 16 avril 1648 jusqu’à janvier 1653 ; par là il appartient aux mazarinades, mais il reproduit également les débats du Parlement et les arrêts rendus. Il apparaît ainsi comme la première des publications officielles consacrées aux débats parlementaires », écrit pour sa part l’historien Jean Sgard.

Le Journal du Parlement et La Fronde

On lira également avec intérêt l’ouvrage de Marie-Noëlle Grand-Mesnil qui porte sur les années 1648-1649. Celle-ci précise : « la première révolte de la Fronde fut celle du Parlement. À la suite d’édits fiscaux excessifs et après de vaines remontrances au Roi, le Parlement se joignit aux autres cours souveraines dans la chambre Saint-Louis et élabora un plan de réformes en 27 articles, que la reine dût accepter par la déclaration du 13 juillet 1648. De cette période reste un compte-rendu complet et assez exact, rédigé par un greffier du Parlement « Le Journal du Parlement » qui fut poursuivi jusqu’à la fin de la Fronde.»

On pourra enfin relever que si le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa première édition, à la définition du mot « journal » donne comme exemple Le Journal du Parlement, plusieurs changements de nom ont été opérés, notamment durant la Révolution française (Journal des Etats Généraux, dirigé par Mirabeau, Journal de l’Assemblée Nationale, puis le mot « Journal » sera même supprimé pour ne garder que Parlement sous le Second Empire, etc.). Après des parutions sous la IIIème  République, il sera réinstitué sous la IVème République, avec notamment comme Président du Conseil de Rédaction, Claude-Henry Leconte, figure marquante de la presse française, qui en gardera la présidence sous la Vème République.

Un grand témoin du XXème siècle

Celui-ci dont le nom reste lié au Journal du Parlement (et qui continue à être inscrit à la Une depuis sa disparition) connut une carrière tout à fait exceptionnelle dans le monde de la presse. Salué comme « un des grands témoins de notre siècle » par le ministre de la Culture d’alors, Catherine Trautmann, par le Figaro et par France Info comme « l’un des plus fins connaisseurs de la vie politique française », Claude-Henry Leconte, disciple d’Alain, ami de Camus et d’Aragon, fut entre autres, Secrétaire général de la Rédaction de l’AFP, Rédacteur en Chef de Radio-France, correspondant de guerre sur le front d’Italie à la demande du Général de Gaulle et d’Eisenhower.

Directeur au journal Combat, il deviendra le Conseiller spécial du Président de la Générale Occidentale Jimmy Goldsmith, Conseiller de la Présidence de l’Express, tout en étant éditorialiste et Président du Conseil de Rédaction du Journal du ParlementPrésident d’honneur de l’Académie des Arts, Sciences et Lettres, Président d’honneur des Journalistes Européens, Président-fondateur du Comité des Intellectuels Européens, il a conçu la nouvelle formule du Journal du Parlement avec l’actuel Directeur de la Rédaction, qu’il avait choisi pour lui succéder.

Claude Henry Leconte

Quelques évolutions du Journal du Parlement

Aujourd’hui le Journal du Parlement (à propos duquel Nicolas Sarkozy écrivait : « Je connais la qualité de vos parutions et la rigueur de vos études qui permettent depuis des années à votre organe de presse de bénéficier de la confiance du monde politique et économique… »), comporte une édition nationale, qui a toujours conservé le célèbre papier bleu de ses origines, mais aussi des magazines répartis en collections de dossiers d’information parlementaire. Ceux-ci, fondés en 1984, ont été refondus en l’an 2000, pour couvrir les différents champs de l’actualité politique et offrir, notamment, un panorama sans équivalent à ce jour des différents départements, communautés de communes et régions de France. On mentionnera également la nouvelle formule du Journal, que le Président de la République a tenu à saluer en soulignant « qu’il maintient son exigence de qualité par ses substantiels articles d’information sur la vie parlementaire et par les grands thèmes politiques et économiques qu’il aborde (…) ».

Il est présidé par Alain de Tilière, éditeur, fondateur et Directeur de publications de presse, Editorialiste et Président de l’Office de Presse Parlementaire, Président du Comité de France, Administrateur du Syndicat de la Presse Magazine et Spécialisée, Membre de la Fédération Nationale de la Presse Française et de l’Union Française des Experts en antiquités et objets d’art, nommé dès 2006 au Haut Comité National de la Francophonie.

En 2017, dans le cadre de l’exposition des Nations-Unies, consacrée aux « Unes » emblématiques, le Président de la République François Hollande et la Directrice Générale de l’Unesco, Irina Bokova, ont découvert le premier numéro du Journal du Parlement, exposé dans la vitrine des fondateurs historiques de la presse francophone…

Comme le rappelait, enfin, le grand collectionneur Alain Schott, fondateur d’Info matin et organisateur de l’exposition à l’Unesco :  « Le Journal du Parlement nous prête le premier exemplaire du Journal du Parlement de Paris, qui date de 1648 et qui est la première des publications officielles consacrées aux débats parlementaires. »

Le Président François Hollande et Irina Bokova,
découvrant la Une historique du Journal du Parlement.