Vous êtes ici Le Journal du Parlement > Boutros Boutros Ghali

La langue française en déclin ?

Par Boutros Boutros Ghali, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Boutros Boutros Ghali, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.
Non, je ne pense pas que la langue française soit en déclin. Au contraire, le nombre de francophones augmente dans le monde. J’ajouterai à ceci qu’il y a une volonté politique de la part des 55 états qui font partie de l’Organisation internationale de la Francophonie de renforcer la langue française que ce soit comme seconde langue dans un certain pays, ou comme troisième langue dans d’autres pays. Cette volonté politique existe et l’un des objectifs de l’Organisation Internationale de la Francophonie est de canaliser cette volonté en faveur du français, non seulement de la langue française mais de tout ce qui comporte une langue comme valeur et comme concept. Le droit français est à l’origine du droit utilisé dans les pays d’Amérique Latine, dans les pays arabes, et dans une grande partie des pays africains. c’est un autre élément extrêmement important. Nous avons tenu au claire il y’a quelques semaines une réunion des ministres de la Justice. Il y’a quelques mois à Libreville une rencontre des présidents des cours constitutionnelles. Voici une suite d’institutions qui ont pour base les valeurs juridiques du droit français.

Nous sommes pour la diversité culturelle au moment où se répand cette idée. Nous sommes en faveur de toutes les langues. Nous pensons que toutes les langues s’enrichissent mutuellement et constituent un des patrimoines les plus importants de l’humanité. Nous ne voulons pas du tout partir en guerre contre l’anglais qui est une langue internationale et qui est utilisée aujourd’hui dans les domaines commerciaux. Nous voulons défendre la diversité culturelle, c’est là notre concept qui est beaucoup plus large que celui de la défense d’une seule langue. En défendant la langue française, nous défendons la langue espagnole, la langue portugaise, la langue arabe. C’est dans cet esprit que nous venons d’organiser pour la première fois à Paris un dialogue des cultures entre les trois espaces linguistiques de la latinité face à la mondialisation. L’enjeu est énorme. Les mutations scientifiques , la globalisation économique, la circulation instantanée de l’information ont précipité les hommes vers un destin commun à un moment où la menace d’uniformisation est réelle et même déjà pour certains partiellement réalisée.

Il faut démocratiser la mondialisation avant que la mondialisation ne dénature la démocratie. Mais cela suppose que l’on reconnaisse que la diversité mondiale est une condition préalable pour restaurer un dialogue réel entre les peuples. En d’autres termes, que l’on reconnaisse que le droit de tout individu de participer à la vie culturelle de sa communauté et le droit de toute activité culturelle de préserver son identité sont des droits fondamentaux inscrits dans la déclaration des droits de l’Homme comme garants de la démocratie. La Francophonie à compris très tôt le rôle important qu’elle pouvait jouer tant au sein de son espace institutionnel que dans les enceintes internationales. C’est toute cette réflexion que la Francophonie à mené avec les pays de langues espagnole et portugaise afin que le débat soit progressivement élargi à l’ensemble des membres de la communauté internationale.

Boutros Boutros Ghali,
Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie