Vous êtes ici Le Journal du Parlement > « Monsieur le député »

« Monsieur le Député »

Par Claude-Henry, Leconte, Président d’honneur des Journalistes européens.

Claude-Henry, Leconte, Président d’honneur des Journalistes européens.
Le beau mot de « Député » (car il l’est avec la sonorité de ses trois syllabes réunies) aura connu, pour qui sait lire, les fortunes les plus diverses.
Monsieur le Député : vous avez été sous ce nom au long des siècles, envoyé spécial auprès d’Alexandre, délégué auprès des Parthes, représentant auprès des stratèges grecs et du Grand Turc, chargé de mission auprès de Gengis-Khan ou de Guillaume de Hohenzollern… Sous la Révolution française, on vous envoya aux États-Généraux, mais coupé en trois, vêtu des trois habits, de la haine, recuite dans la bouilloire de l’histoire. Vous voilà redevenu ce que vous êtes, Monsieur le Député. Profitez-en pour vous habiller comme tout le monde, pour vous sentir « l’envoyé » du peuple, l’ambassadeur de l’Opinion auprès de tous les pouvoirs publics, l’envoyé spécial dans toutes les régions et dans tous les départements.
Oui, car il fut un temps où tel acteur politique ou chef de guerre célèbre reçut trente mandats de parlementaire. On trouva que c’était glorieusement écrasant, que c’était trop. Mais tout cela avait un sens. Celui ci : « le député du plus petit département représente la Franc entière ! Et cela-vous indique la superficie et la totalité de votre devoir, comme vous ne l’ignorez pas. C’est à ce prix que le Journal du Parlement, par delà les Partis les plus respectables, saura vous admirez, vous encourager et au besoin vous défendre.
C’est le rôle qu’il s’est imparti.
Monsieur le Député, en ces temps d’aspect redoutable, sous ces fumées condensées en nuées épaisses dans le ciel, vous êtes le député de toute la France. Élu du peuple souverain, les temps viennent où Rousseau et Montesquieu vous soufflent de parler en souverain. Nous y sommes !