C‘est avec le Comité de France, institution fondé sous la IVème République sous le patronage du Président Vincent Auriol, soutenue par tous ceux qui lui ont succédés depuis lors et comprenant parmi ses membres d’honneur plus de 40 ministres et parlementaires, dont 3 premiers ministres, que le Journal du Parlement a officialisé désormais un partenariat dédié au monde de l’entreprise et à ses territoires.

Car le Comité, ayant pour vocation de rendre hommage à ceux qui contribuent au prestige et au rayonnement de notre pays, notamment dans les domaines de la protection du patrimoine, de la sauvegarde de l’environnement et de la défense de la francophonie, entend désormais aussi mettre en valeur l’importance des PME et des ETI dans le développement des territoires, là où, auparavant les plus grands groupes ou institutions étaient principalement mis à l’honneur.

Le Journal du Parlement étant, par définition, aux confins de ces thématiques avec la publication de centaines de dossiers sur les villes, métropoles, départements ou régions au cours de ces dernières décennies, auxquels s’ajoutent notre rubrique “la Vie des Entreprises” qui a accueilli en ses pages quelques uns des plus grands noms de l’économie et de la finance, a été donc choisi pour piloter ce nouveau virage, de par l’observatoire privilégié qui est le sien.

D’où ce partenariat qui permet cette mise en perspective entre le monde de l’entreprise et celui, notamment, des collectivités territoriales.

André Malraux, membre du Comité de France lorsqu’il était Ministre des Affaires culturelles du Général de Gaulle avait rappelé pour sa part : “Ce Comité décerne de prestigieuses distinctions symboles de l’excellence, chère à notre République”

C’est donc dans cet esprit que Le Journal du Parlement est appelé désormais à souligner les innovations qui surgissent au cœur du tissu industriel ou économique aussi bien qu’à mettre en valeur la pérennité d’organismes qui irriguent de leur savoir faire ancestral le cœur des circonscriptions de chaque parlementaire, pour les présenter au Comité.

Ajoutons que l’artisanat, le tourisme et la gastronomie seront, également, mis à l’honneur.
Jean Castex n’avait-il pas d’ailleurs précisé lui-même lors d’une cérémonie de remise du Comité de France à Matignon :
Aujourd’hui c’est donc pour moi un immense plaisir de rendre, à travers vous, les honneurs de la République, à cet artisanat si éminemment français qu’il incarne notre art de vivre et notre art de recevoir aux quatre coins du monde…